Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Interstellar
Budget = 165 M$
BOX OFFICE France = 3 524 / 91 064 - 1 071 000 - 2 640 000 entrées
BOX OFFICE USA = 47,5 / 188,0 M$
BOX OFFICE Monde = 675,1 M$
 

Par quel bout commencer ? Surtout lorsqu'il s'agit de boucler une boucle (comprenne qui verra le film...). Certainement une oeuvre majeure de la SF, mais une oeuvre typiquement "nolanienne" (outre la photographie au piquée qui caractérise le mieux son univers : pas de numérique, pas ou peu de CGI) : personnelle, cérébrale, sincère, sans concession envers le spectateur lambda trop habitué à ralentir ses fonctions intellectuelles à la vue d'un film. Commençons donc par le début : l'histoire. Un futur sans fioritude où la Terre se meurt et où tout l'enjeu est de pouvoir sauver l'humanité en colonisant d'autres mondes : mais le projet est aussi secret que complexe à mettre en oeuvre. A partir de là, ceux qui attendent un space opera majestueux (que le film se plait également à être, par ailleurs), des mondes colorés, bigarrés et des extra-terrestres originaux peuvent passer leur chemin... Ce temps est révolu. Le message, le but du film est tout autre : Nolan n'a jamais autant parlé des êtres humains que dans ce film. Dans ce futur, l'homme se doit de retourner à la terre pour éviter la disette et cesser de gaspiller son temps et son argent à la conquète d'un espace sans fin ; mais ironiquement le salut de l'homme pourrait bien se trouver au-delà de notre galaxie. Sans vouloir trop en révéler sur la sublime et inattendue pirouette finale (qui en laissera sans doute sur le carreau, mais les explications vont suivre), le message sous-jacent du film est de dire à l'homme de cesser de chercher bien loin ce qu'il a sous les yeux, se rapprocher des siens, ceux qui sont près de nous, des valeurs humanistes plutôt que de vouloir s'éloigner, au propre comme au figuré. De même dans cette scène qui est le pilier du film, la bibliothèque et les livres (symboles de la connaissance et du savoir) cachent quelques choses d'encore plus grand, plus important, plus complexe, plus intemporel même : l'amour. Voilà selon moi le véritable sens -au-delà de l'aspect purement futuriste (???) et la découverte de l'origine des "messages"- de ce final. Mais le film n'invite pas pour autant à l'immobilisme et encore moins au passéisme : on y retrouve (enfin) l'excitation des grandes aventures, des grandes conquêtes de l'homme, celles des espaces inexplorés (bien que l'on se doit garder en tête que l'homme est en lui-même une énigme bien plus excitante : l'âme, l'amour, la conscience...etc) et surtout de la découverte de mystère au-delà de l'entendement humain (les fameux "ils"). D'ailleurs une fois le fin mot révélé, savoir qui sauvera l'humanité est hautement symbolique...
Je n'ai peut-être pas commencé cette critique par le plus simple ! Mais il n'y a pas que ce message, que l'on interprétera différemment ou rejettera carrément, et c'est la force indubitable du film que de pouvoir en discuter longuement après. Il y a tout un aspect un peu plus technique, par exemple la réalisation absolument brillante et sensée de Nolan : puissante comme rarement dans les scènes spatiales (le choix des caméras embarquées est excellent : immersif et recentrant le point de vue du spectateur), étonnante d'intelligence dans les scènes dialoguées (le cadrage donnant plus ou moins d'importance aux personnages, dirigeant les débats). Autre atout définitivement majeur : Hans Zimmer. Ce compositeur de légende a peut-être créé ici son chef-d'oeuvre le plus pur : une musique spirituelle qui transporte jusqu'au spectateur 70 % de l'émotion du film, en plus d'être d'une beauté incommensurable ; musique "organique", presque religieuse (et ce doit être volontaire...) et futur classique du genre ; je ne puis déjà plus m'en passer. Le montage n'est pas plus anodin : il use à la perfection de l'art de l'ellipse ; ce qui permet d'éliminer le superflu / le déjà vu (les prémisses du voyage), fait avancer le récit au rythme des émotions (le montage alterné de la fin) et déstabilise, surprend le spectateur (on n'a jamais autant ressenti les sauts dans le temps). Ajoutons des personnages traités à égale valeur (voir la réalisation et le traitement scénaristique, l'utilité de chacun) et tous brillamment interconnectés ainsi qu'une émotion subtilement distillée tout au long du film, qui en font la colonne vertébrale de l'oeuvre. L'émotion à l'état pur, le plus pur, sans doute, que j'ai eu la chance de voir sur grand écran, sans scénario qui se plie artficiellement à certaines exigences larmoyantes, sans acteurs qui en rajoutent ; tout ici est le plus naturel du monde, sensible jusqu'à la moëlle de par son universalité, son intemporalité, ses thèmes, son rythme incroyable et grâce à son message à la force toute puissante. Parmi la belle palette d'acteurs il faut bien dire qu'il y en a un qui se détâche sans mal et prend encore du galon : McConaghey est exceptionnel, entre émotion et légèreté, gravité et réflexion ; les dialogues l'aident à porter ce magnifique personnage.
C'est une oeuvre que l'on a, à tort, comparé à Gravity (il va tellement plus loin dans la métaphysique, seul défaut de ce dernier, ce qui ressemblait à s'y méprendre à une concession) et à raison avec 2001 : si des pans de scènes nous ramènent au chef-d'oeuvre de Kubrick, il est néanmoins beaucoup plus accessible, plus clair, plus simple (mais jamais simpliste), moins posé. Il a même trouvé l'équilibre parfait entre cinématographie et science et je trouverai déplacé d'en chercher les détails pseudo-scientifiques où les supposées erreurs... le co-scénariste se nomme Kip Thorne... Peut-être quelques non-sens de ci de là, et encore ? Le scénario n'a de cesse de nous prendre à rebrousse-poil, nous désorienter (la rapidité du début) pour mieux s'expliquer par la suite (les faux heureux hasards), trouver des failles et les exploiter, rebondir pour mieux nous tenir en haleine et alimenter l'émotion liée au sujet (les diverses révélations qui caressent notre intelligence et n'alourdissent jamais l'histoire, au contraire).
On pourrait sans doute trouver de nombreux sujets anexes, notamment le traitement des héros, de l'héroïsme : le vieux scientifique en est-il un ? L'astronaute fou ? Qu'est-ce que l'héroïsme ? Est-il toujours motivé par des scories personnelles ? La notion vague de temporalité y est également largement suggérée ainsi que la question : Qu'est-ce qui sauvera l'humanité : la science ou l'amour ??? Faut-il un Dieu à ce univers ? Mais il sert sans doute à rien de définir une oeuvre aussi foisonnante, sujette à de multiples interprétations et ce à sa seule première vision... En résumé : halletante, toujours surprenante (le scénario virevolte au-delà de toutes mes espérances), puissante, suffisamment couillue pour ni ne plaire à tout le monde ni faire des scores exceptionnels au box office, oeuvre visuellement et surtout intellectuellement étourdissante (réfléchissez 2 minutes à la relativité dans le film...), incroyablement dense ; une oeuvre typiquement à revoir pour l'apprécier à sa juste valeur. Un chef-d'oeuvre tout simplement.

NOTE : 19-20 / 20

La critique des internautes
 

Eléments pour un autre point de vue sur Nolan.

En réponse à ta critique sur Interstellar.
Ta critique est, comme de coutume, très intelligente, bien construite et cherche à aller au fond de son sujet, si vaste soit-il pour un tel film.
Et bien que je la comprenne complètement, je ne suis pas du tout d’accord. Permets-moi donc d’étayer mon point de vue pour te donner mon avis.

Avant cela, j’aimerais contextualiser un peu mon appréciation de Nolan en général avant de continuer. Ce n’est pas inutile car c’est devenu assez caractéristique d’une certaine manière dont je vois le cinéma désormais. Il m’aura au moins aidé à ça…
J’ai découvert Nolan avec Mémento que je trouvais fort cool. Ensuite j’ai vu tous ses films plusieurs fois sauf Following (pas vu). Je suis allé voir deux fois au cinéma TDK, Inception et Batman Rises. Bref, comme beaucoup, j’étais très fan de monsieur Nolan.
Mon préféré a toujours été (et reste) Le Prestige. Son savoir-faire sur les montages parallèles (le travail de Lee Smith sur ce film est vraiment extra. A décortiquer pour ceux qui s’intéresse à l’art du montage. De même avec TDK. Ses deux meilleurs) son récit imbriqué du film-tour me plaisent particulièrement.

Et puis, un jour, un truc s’est cassé. Je ne sais pas bien où cela à commencer. Mais le divorce est né à cause d’Inception.
Inception a fait beaucoup de bien au cinéma et à l’industrie en général. Voilà un film qui n’est pas une préquel, ni un sequel, ni un reboot et qui cartonne en étant vraiment original. Comme beaucoup, j’ai adoré l’ambiance, l’intrigue à tiroirs, la musique. Et un jour tout a changé (qu’est-ce que je rend les choses dramatiques… Ce n’est qu’un film après tout)

Comme tout fan et admirateur de Nolan, je vois le film de nombreuses fois et cherche LA solution. Je vois bien que cette toupie ne me dit pas tout, qu’il y a d’autres indices, d’autres moments un peu étranges. Et si Cotillard avait raison, et si les limbes et si… Je furète sur le net à la recherche d’indices, j’éprouve une interprétation, puis une autre. Et j’arrive à la conclusion : il n’y a pas de solutions. Je peux détailler la chose mais on se pose toujours un tas de questions à la fin. Que l’on s’en pose très bien, ça arrive et ce n’est pas au réalisateur de devoir répondre à tout et de tout expliquer. Mais, insidieusement, la réalisation de Nolan, ses dialogues over-bavards, ses inserts à foison qui concentrent notre attention sur différentes choses nous pousse à la quête, à découvrir autre chose qu’une première lecture. Et je crois que ce qui l’intéresse aussi c’est ce « métafilm ». C’est à dire la propension qu’ont ses films à faire parler d’eux sur le net, entre potes. (et ce texte en fait partie). A créer le buzz.
Cela dit, lorsqu’un auteur m’invite à jouer et que je réponds présent je n’ai pas envie de perdre mon temps.

On pourrait me dire : - oui mais si tu cherches à interpréter Inception, même s’il n’y a pas d’explication, c’est le chemin qui compte, pas le but.
- Mmmh, non. On n’apprend rien sur rien avec Inception. Le film n’est pas un essai anthropologique ou une œuvre philosophique qui a vocation a transcender son spectateur (je pense que Nolan aimerait bien être Kubrick ou Tarkovsky mais il n’est pas assez intelligent, ou en tout cas, pas assez génial, pour ça). Mais en tout cas, il est malin et il sait faire de belles images. Alors il compense le vide spirituel par une complexité inutile car il sait pertinemment qu’il a l’adhésion de son public, de sa hype.
Et ce n’est pas non plus une question de vouloir tout comprendre. Je ne comprends pas tout dans 2001, ni dans Pickpocket de Bresson, ni dans Tree of Life de Malick, mais je perçois que ces films m’élèvent qu’ils me prennent par la main pour m’emmener quelque part. Je sens que le réalisateur est près de moi, et peut-être même qu’il ne comprend pas forcément tout à fait lui même ce qu’il fait, mais il sait qu’il touche à un mystère et me le montre ou tente de me le révéler.
Nolan ne fait pas ça. Et ce n’est sans doute pas sa vocation. Mais on peut être un conteur de génie sans avoir à toucher des cimes métaphysiques grandioses et pourtant réaliser des chefs-d’œuvre d’Entertainment. Je pense à James Cameron.

Avec Nolan, la chose est bien différente : pour moi, au lieu de nous accompagner, de proposer une relation entre un auteur et son spectateur, lui se met au dessus de nous. Il veut être là-haut et embrouiller son film et son public et à ce dernier de le démêler. Pour rien.

C’est un peu dur dis comme cela. Mais la seule chose qu’il me dit vraiment dans Inception c’est lorsque il décide que, pour que Robert Fisher renonce à l’entreprise de son père, il ne doit pas le détester mais se rendre compte qu’il était aimé par lui. Car : No, 'cause I think positive emotion trumps negative emotion every time. We all yearn for reconciliation, for catharsis. We need Robert Fischer to have a positive emotional reaction to all this. (phrase de Cobb à un moment…)
Ça c’est cool. Ça c’est ce que Nolan sait et veut nous dire. Mais au lieu d’être avec nous pour nous raconter cette histoire, il la joue malhonnête. Il se dit que son intrigue doit forcément passer par un conflit d’interprétation pour rendre son film plus intéressant. C’est faux. Son film aurait pu être beaucoup clair, beaucoup plus limpide et nous partager une vision, somme toute, belle de la famille et de la relation filiale. (c’est la thématique du film à tout point de vue puisque c’est aussi ce qui anime l’arc de Cobb)
Mais cette détermination de rendre le tout pas clair ne résulte à mon sens que d’une volonté de se donner de l’importance pour une histoire qui n’est en fait qu’une jolie histoire de réconciliation filiale (en vérité de duperie de réconciliation mais c’est déjà cool). Comme si Nolan avait honte d’être aussi simple. Pourtant la simplicité n’a jamais été un défaut. Nolan charge ses films alors qu’en réalité, ce qu’il a nous dire est très simple. L’amour et la famille d’abord. Complexifier son scénario est un vrai aveu de faiblesse quant à sa réelle simplicité de fond. Pourtant ce fond est très bien. C’est ce décalage qui me gêne beaucoup désormais et que je trouve malhonnête.

Note : Mon propos est un peu one-sided et radical aussi par réaction à une adhésion générale qui ne souffre difficilement la tempérance. Mais attention, il y a plein de bonnes choses dans Inception. Là n’est pas le sujet.

Pendant un moment, je disais aussi, par réaction et par provocation, que je préférais Michael Bay à Christopher Nolan. Toujours par rapport à cette dimension d’honnêteté. C’est à dire que Bay ne propose rien d’autre que des explosions et qu’il donne des explosions. Boum. Nolan propose des voyages métaphasiques et des révélations philosophiques. Ouais, ben bof, non. Je ne suis jamais sorti d’un Nolan ayant compris quelque chose de l’univers, de ma place en tant qu’homme, etc. Chose que j’ai pu vivre après, par exemple en vrac : Le conte de la princesse Kaguya, Il était une fois en Anatolie, ou bien… Gravity (j’y reviens après)

En fait, si j’avais une seule question à poser à Nolan si je le rencontrais, ce serait : Why so serious ?

Mais bon après tout, il ne faut pas oublier qu’il est à Hollywood et que peut-être, comme il pousse des barrières dans l’acceptation du film bankable, on pourra élever le niveau de débilité de Bay à autre chose. Et puis ce propos s’attache particulièrement à Inception (et depuis cette semaine à Interstellar.) Pourtant, il a fait énormément bien à la conception du film de super-héros avec TDK. (cf ma critique d’Avengers sur cine-directors.)

Vraiment complexité ne rime pas avec qualité. J’ai eu avec Inception et Interstellar un effet Matrix 2. On enrobe une histoire simple dans une forme complexe. Honnêtement, le dernier film hollywoodien complexe que j’ai vu (tu vas rire…) mais c’est Pirates des Caraïbes 3. C’est bête mais pour moi c’est vraiment là l’audace. On a reproché à POC 3 d’être trop complexe et on a eu un 4 nul. Pourtant au moins dans le 3, cette complexité était narrative. Chaque personnage était mû par un désir différent qui offrait un vrai enjeu à l’intrigue. Si tu résumes Inception et Interstellar du point de vue de l’intrigue et du récit, c’est hyper basique. Résumer POC 3 est beaucoup plus difficile.

Et je suis d’accord avec toi : je suis ému quand McConaughey quitte et retrouve sa fille tout ça, mais enfin, j’ai autant dans un épisode de Dr Who ! (Bon, ok, je trolle un peu…)
Dans Interstellar, les discussions soi-disant indigestes, ne le sont pas tant quant à leur contenu (on se concentre deux minutes et on pige) mais indigestes quant à leur fonction narrative. C’est faible.
C’est une belle épopée, une belle histoire d’amour entre un père face à la lâcheté (M Damon) et au mensonge (M Caine) des hommes. Mais c’est tout. La fin est chouette, les retrouvailles avec sa fille sont un vrai joli moment, mais 3h pour çà ? Pourquoi remplir autant et friser l’indigestion alors que le fil narratif est beau et fonctionne. J’adore les histoires qui finissent en disant que l’amour est le plus fort. Je suis personnellement d’accord et via mon background catholique, je suis sensible au représentation « christique » dans l’Entertainment moderne des héros mythique au sens de Joseph Campbell (par amour, il se sacrifie, il passe par le mort, ressuscite et détruit le mal) comme à peu près 90% des héros des films américains.
Mais ici, après une introduction lourde et scientifique (mais pourquoi pas), Nolan drifte sur un terrain où je le sens beaucoup plus à l’aise mais qui n’avait plus lieu d’être après un tel début et : discours de Anne Hathaway pour allé voir son amoureux. « Je veux le voir même si ce n’est pas rationnel mais si je l’aime toujours après 10 ans c’est bien que… bref.. » J’ai halluciné, ça sort de nulle part. « L’amour est plus fort » qui tient presque du cliché, ne pouvait plus rentrer dans cet énorme paquebot qu’est ce début film ultra pointu scientifiquement et réaliste formellement. L’articulation entre les deux est ratée.

Et je n’ai rien contre le basique ou le simple !
Encore une fois, je suis sensible à l’honnêteté.

On a beaucoup reparlé de Gravity à la sortie d’Interstellar. De mon point de vue, il n’y pas photo : Gravity est un chef-d’œuvre quand Interstellar est un machin étrange très chiant avec de jolis moment et une musique répétitive (c’est cela que tu appelles religieux ? Je vois ce que tu veux dire et c’est intelligemment vu. Je l’ai trouvé mauvaise cela dit. Le thème c’est La, Si, Do, Ré répété en boucle. Mais où sont passés les thèmes dans la musique de film ? C’est un autre sujet…)

Gravity, l’histoire est simple, on l’a connaît. Mais confronté à un défi technique, Cuaron a simplifié son histoire au maximum pour nous a proposer une double lecture. Factuelle. Du point A au point B. Et symbolique. De la mort à la vie.
Avoir conscience de cette limite narrative et concentrer toute son intrigue autour d’une simple idée (« de la mort à la vie » qui est en fait la même dans Interstellar ou dans la plupart de la production hollywoodienne) en la sublimant par le symbole de l’espace et de la femme (les deux éléments du film) je trouve cela grandiose.

Gravity est une histoire de maternité.
Un personnage qui tournoie dans le vide et qui n’a pas de sens (fin du premier plan) va apprendre à prendre pied dans la gravité et assumer sa verticalité (fin du dernier plan).
Entre temps, nous avons un dialogue bidon où elle raconte la mort de sa fille. Mais ce n’est pas tant cette histoire qui nous intéresse mais ce qu’elle suggère : la position mortifère de la héroïne et sa perte de foi en la vie. Un homme va se « connecter » à elle. Avec toute l'allusion sexuelle que cela induit. (Le câble qui ondule entre eux deux et ce plan magnifique où l’on suit l’ondulation et l’on voit la Terre derrière). Mais comme dans toute maternité, la naissance de la vie chez une femme se vit seule. Après lui avoir montré le chemin et lui avoir donné la première pichenette, la figure masculine disparaît. La femme enlève sa première peau et image over-représentative (la moins subtile du film mais bon, il faut donner des indices de ce dont on parle...) elle prend la position fœtus. La vie commence à renaître. La discussion radio avec le bébé, avec l’animal (le chien) et la réapparition de l’homme lorsqu’elle perd la foi participent de la ponctuation de cette épreuve solitaire qu’est la maternité. Jusqu’à l’accouchement finale dans l’eau.

C’est peut-être idiot, cliché et surtout ça ne va chercher midi à quatorze heures. Mais quand on fait un film aussi innovant techniquement, décider de raconter tout en symbole cette simple histoire fondatrice est la décision d’auteur la plus inspirée que j’ai pu voir au cinéma ces dernières années. Sans compter une réalisation et un découpage des plus incroyables tant sur les plans impossible : objectifs / visière subjectifs, que les plans séquences. Ce film est vraiment un chef d’œuvre.
Ceux que j’entend dire : c’est bien foutu mais le scénario c’est nul parce que c’est jeux-vidéo, c’est pince-mi et pince moi sont dans un bateau, sont à mon sens tellement passés à côté.

Bref, il y a beaucoup plus de qualités dans Gravity que dans Interstellar. Et si ce dernier a certaines mérites incontestables, Nolan (et j’aime à le penser) par peur, les rend complètement imbitables et inappréciables.
Pas un mauvais film donc, loin de là, mais un film dommage.


NOTE : 12/20

Jean

Je souhaite donc réagir à ta critique et à celle que Jean a publié.

J'ai vu deux fois Interstellar. La première en IMAX (ma première fois) mais je me suis fait déboîter les oreilles en étant juste à côté des enceintes. Je suis donc retourné le voir une seconde fois pour mieux en profiter.

Et je reste sur mon ressenti. Un film d'une puissance bouleversante dont j'ai encore du mal à mesurer l'impact. Un film filmé à l'ancienne, sans numérique, à la pellicule, qui redore le Cinéma et permet d’apprécier à sa juste valeur la qualité de la photo. Des images et des paysages sublimes et une reconstitution minutieuse des navettes.
Comme tout les films de Nolan, ils sont toujours discutés, adulés ou détestés. Cela confirme bien que son cinéma transmet, communique quelque chose. Un scénario justement intelligent, scientifique basé sur les questions de la relativité, des dimensions, des trous noirs... De la vraie science fiction. Il nous livre justement un scénario complet et construit, sublimé par ses acteurs Mathew McConaughey, Mackenzie Foy, Michael Caine....

Et Jean je ne peux partager ton point vue que Nolan se met au dessus de nous. Bien au contraire, à travers la richesse de son scénario il nous livre un message simple. L'Amour n'a pas de frontière, de limite ni de barrière, il est transcendé par le temps.

Le temps justement toujours au cœur des films de Nolan. En effet il manie l'ellipse avec une force. En effet on se fout de comment il se prépare pour la mission, du résultat de l'équation sur le lien entre gravité et temporalité. Justement ce n'est pas le sujet. Ppeut-être que certain ont été perdu mais encore. C'est sur ce n'est pas "Plus Belle la ...."

Et aucun n'intérêt à comparé à Gravity, cela n'a rien à voir.

La musique de Zimmer que dire. Il a osé utiliser les orgues quelle audace mais quel résultat. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas produit une telle oeuvre. Justement Nolan a compris la puissance et l'intérêt de la musique dans un film. Espérons que Hans Zimmer sera enfin vraiment récompensé à sa juste valeur.

 


NOTE : 19/20

Jean

Pour commencer, je comprends tout à fait le ressenti de certains qui sont "surpris" par le caractère "fantastique" du film. C'est à ce moment qu'on dit la phrase que je déteste: "les goûts et les couleurs ne se discutent pas".

Il est vrai qu'au départ il y a une chose que j'aime dans la démarche et dans l'esthétique, avec laquelle certains n'accrochent pas, rien à dire donc.
Simplement, je vais tâcher de vous dire pourquoi j'aime particulièrement cette tentative de parler dans le troisième acte du film de dimensions qui nous dépassent (car sur tout le reste je crois qu'on est d'accord, le film est excellent à bien des égards).

J'aime dans cette démarche l'audace. Nolan, comme Kubrick en son temps, ne cherche pas à faire de bons films, il ne veut faire que des grands films, et donc il prend des risques, se met en danger.

J'aime également sa capacité à se documenter et à lier tant des références populaires que scientifiques.
Contrairement à un Tarantino, qui de plus en plus ne fait qu'accumuler des références, Nolan, lui, sait les tisser avec goût et raffinement.

Ainsi pour revenir particulièrement à ce qui dérange dans Interstellar, Nolan va d'abord chercher le soutien de Kip Thorne, puis va fouiller dans la culture populaire pour prendre le meilleur et éviter les erreurs.

Ainsi, et ça tout le monde l'a remarqué, il s'appuie beaucoup sur 2001, car c'est le seul film qui ait vraiment réussi dans cette démarche périlleuse. Mais il sait aussi s'en détacher, par exemple en évitant tout "mysticisme" dans son traitement, et en "matérialisant" le Tesseract.

Il pioche aussi dans Contact la seule bonne partie du film, la première, qui traite de la relation père-fille, et du lien que cet amour peut avoir avec cette "cinquième dimension".

Il pioche également dans Rencontre du 3ème type cette excellente révélation des coordonnées de la carte.

Il pioche même dans le pathétique Event horizon, la bonne vulgarisation à l'aide d'une feuille et d'un stylo de ce que peut être le trou de verre.

Tout cela il le brode, y ajoute sa touche esthétique, son intrigue maligne, la musique de Zimmer qui enfin se renouvèle et nous apporte quelque chose de puissant.

Alors oui, sa tentative me plait. Car c'est beau. Car il y mêle les idées de tous ces films, de plusieurs scientifiques s'étant penché sur la relativité, les trous de vers et les trous noirs, ses idées à lui, mais aussi les symptômes de la mort imminente, pour encore nous rassurer tout en nous perdant, entre différentes choses que l'on connait.
Est-il mort? Vivant? Peu importe...

Et ce biais verbeux du robot qui lui permet de dialoguer et de nous éclairer un peu plus sur son évolution dans le Tesseract, de la panique à l'évidence de sa mission, grâce à l'amour q'il porte à sa fille, est une solution qui me fascine, car elle permet de mettre un sujet complexe, dont on pourrait parler pendant longtemps, à la porté de tous!

Après il y a évidemment ses références au Dust Bowl, à Koyanisqatsi, et même à l'étoffe des héros qui me plaisent beaucoup.

J'aime donc cet esprit profondément terrien! cette référence aux explorateurs du pôle Sud, et à tous les explorateurs en général, tout en traitant de sujet métaphysiques.

C'est du pur Nolan, une fois de plus il ne se trahit pas.

Dans Inception il traitait du rêve de façon ultra concrète, mais sans pour autant omettre l'onirisme, cette fois-ci il traite de l'espace et même d'au-delà de la même manière!

Quel génie!
Et ce lien permanent avec la Terre, ce va-et-vient est également culotté, et il marche!
Ce maniement du cliché comme le Euréka de sa fille, l'ouverture de la salle de réunion sur la fusée "à la James Bond", sont là pour nous rappeler qu'on est au Cinéma, nous faire sourire, c'est tout aussi bien fait.

Mais là ça y est je m'écarte du sujet, et sur le reste du film je suis sûr que vous êtes d'accord avec moi.
Sur les ellipses également!!!! Cette merveilleuse ellipse du décollage où il part en fait en bagnole! C'est grandiose!
Il nous évite tous les décollages qu'on connait tant, avec des Roger Charlie en veux-tu en voilà.

Et surtout, ce maniement de la boucle chez Nolan est extraordinaire. Tout ce qui est posé amène autre chose.
La course poursuite avec le drône (meilleure scène) qui a pour but de récupérer un moteur pour l'entretien de la cultivation, qui amène ensuite une seconde virée dans le champ de sa fille, mais cette fois-ci pour le détruire.

Ce long premier amarrage, qui amène ensuite un second amarrage spectaculaire! (autre meilleure scène)

Cette bourde d'Anne Hattaway qui tue un type, et qui amène son sauvetage du héros ensuite.

Et la boucle principale de la bibliothèque.

Il y en a plein d'autres, et plus je revois ses films plus je remarque que c'est sa marque de fabrique.
J'adore cette patte tellement discrète et évidente à la fois, comme Hitchcock avait sa patte, comme Ford, comme Kubrick.
Il ne s'agit pas d'un style mais d'une patte.
Woody Allen a un style, Tarantino, les frères Scott, de Palma. Et je les aime pour ça.

Mais la patte c'est encore mieux...

Je me suis définitivement perdu. Je ne sais plus vraiment ce que je voulais vous dire exactement à l'origine, mais tant pis.
Quoi qu'il en soit, sans une fin comme celle-ci il aurait détruit tout ce qu'il a construit jusqu'à présent, et dans la facilité, il a fait le choix difficile de chercher a encore surprendre.
Bravo


NOTE : -/20

Charles