Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Hôtel Transylvanie 3
Budget = 80 M$
BOX OFFICE France = 2 061 / 178 729 - 823 000 - (2 975 000) entrées
BOX OFFICE USA = 44,1 / (166,6) M$
BOX OFFICE Monde = (516,7) M$
 

Ce nouvel "Hôtel" voudrait-il vraiment faire de Van Helsing la représentation de la haine pure et de l'intolérance... jusqu'à la recherche d'un remède pour supprimer la monstruosité ? Haine familiale qui plus est !! Aucune allusion, bien à sûr...
Depuis deux épisodes je clame à quel point j'en ai grandement marre de ces scénarios sans une once d'imagination, toujours bigger and bigger, au sein de films qui font en fait trop, vraiment trop. Et s'il est vrai que, encore une fois, ça bouge beaucoup, ça ne prend jamais son temps -les tout petits se doivent d'être stimuler en continu- mais cette fois on trouvera quelques micro-idées hautement sympathiques qui enjolivent vraiment le scénario : je pense au génial "Air Gremlins" (que l'on aurait adoré retrouver au voyage retour !), au grand père Van Helsing devenu à moitié monstrueux (cet aspect reste purement visuel et l'idée n'est pourtant pas creusée), le kids club et les loups. La croisière ouvre en fait le champ des possibles, et le "combat" final à le mérite d'être original.
Mais autant d'autres concept, traits d'humour ou même personnages, tombent à plat et alourdissent une fois de plus le film. Car, si sur le fond c'est particulièrement cousu de fil blanc quant au tenants et aux aboutissants, il y a toutefois un message sur la tolérance et l'amour qui permet de s'accrocher à une seconde lecture, quelque chose à expliquer à nos chérubins : comme un 3ème son de cloche sur ce thème de la tolérance (après le père qui accepte un mari différent pour sa fille et la différence inhérente au bébé). Ils élargissent le couplet sur la différence et ouvre le discours, à la fois sur le monde et dans une thématique précise ; un hommage plus sincère à la mythologie de Dracula, non plus plus gratuit et informel mais précis et référentiel. Et à ce niveau c'est d'autant plus dommage que le tout reste aussi visuellement laid et lisse, toujours aussi loin, cette fois, de l'hommage.
Finalement le plus entraînant des trois.

NOTE : 10-11 / 20

La critique des internautes
 

 


NOTE : -/20

-