Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Hollow man

Paul VERHOEVEN
(12)

Ce film ne fait que nous prouver que l’art à du mal à s’intégrer aux grosses productions malgré une certaine évolution. Autant dire que le scénario ne surprendra personne : la trame typique, des gentils confrontés à un grand méchant. Si Verhoeven tire son épingle du jeu c’est grâce à : 1- l’érotisme latant (4 plans de bites – 1 aperçu en live, 2 infographiques sanglantes et 1 au détecteur de chaleur- des nichons, du voyeurisme et un viol suggéré) 2- des effets spéciaux, et c’est rien de le dire, incroyable (dans 20-30 ans il feront encore référence) et particulièrement gore 3- le méchant invisible, séduisant et effrayant.. Avant qu’une fin débile ne vienne tout gâcher, il y a guère de quoi s’ennuyer et sans pour autant laisser son cerveau en stand by. Tout son cerveau. Un homme invisible pourtant original.