Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Ghost Rider

Mark Steven JOHNSON
(13-14)

La presse francophone a descendu le film... notamment à cause de la coiffure de Cage (la qualité d'une oeuvre tenant plus aux cheveux qu'à la grammaire cinématographique du réalisateur... alors qu'ici Cage a un petit air de Sailor...), d'FX jugés médiocres (sans vouloir me poser en expert -mais après 1970 films fantastiques vus j'en ai un peu la prétention- ils sont à la pointe de la technologie, assez sobres en fait et proche du comics) ou carrément à cause d'une moto capable de rouler sur l'eau (sic ! ce n'est donc pas un docu !!!). Soyons, pour notre part, un peu plus sérieux : le film tourne autour de la légende faustienne ("1 goutte suffit" dit le Diable - personne n'a noté le clin d'oeil télé à Rendez-vous avec le peur, de J. Tourneur où une malédiction tenait à la passation d'un parchemin) et rappelle aux spectateurs que la Mort sera notre seule fidèle compagne durant notre règne sur Terre. Ce héros marvelien est qui plus est original : mi-démon, mi-homme, vivant parmi les morts, il n'a aucune pitié pour le mal et tue sans remord ; ses amours impossibles rendant son existence encore plus dramatique. L'humour léger nous rappelle qu'il ne s'agit aucunement d'un film comique mais que l'humour est une composante de tous les comics Marvel. Bref ce film est fidèle (pour la poignée de fans qui connaissait l'oeuvre originelle), sobre (comme sa photo), relevé, maitrisé de bout en bout, les décors comme l'atmosphère qui se dégage des images raviront les fans -dont moi- qui ont découvert cette littérature dans les années 70-80 ; entre nostalgie et hommage. Des défauts ? Oui : une intro et une conclu bien trop vite torchées et un script un peu linéaire (pseudo-Good Vs Bad). Je m'attendais à pire...

M. S. Johnson est également le réalisateur de Daredevil.