Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Fright night
Détails du film sur InCiné

Craig GILLEPSIE
(8-9)

On se rappellera avec émotion les qualités de l'original : l'équilibre étrange entre comédie et horreur, l'introduction réaliste du vampire dans notre monde moderne et les clins d'oeil au genre, l'hommage au sex appeal de ces créatures, le pote "geek" et l'une des plus belles bandes originales du genre, voir du 7ème art. Alors non : le remake n'est pas à la hauteur de son modèle, plutôt vieillissant tout en restant excellent. La 1ère scène nous laisse croire que le film va prendre un tout autre penchant mais dans les grandes lignes on se retrouve, même si les liens entre les personnages me paraissent plus flous, moins posés (son pote est évincé, sa petite copine plus distante, le vampire est seul), leur approche est différente (c'est le héros qui découvre le vampire dans l'original), on perd un peu de l'incrédulité qui assaillait les personnages et l'esprit s'en trouve un poil différent. Le film gomme totalement le côté "sexuel" du vampire (pas de grande scène de séduction entre le voisin et la petite amie, trop tendancieux à notre époque ?), il devient ici un prédateur pur et dur qui fera, à mon goût, un peu trop vite son coming out pour répondre aux besoins d'action des spectateurs d'aujourd'hui ; garder son goût pour les pommes est à mon sens beaucoup moins pertinent... Finalement on se rend vite compte que les scénaristes ont modifié la structure du film mais gardé l'essentiel, les scènes clés, tout en étoffant ça et là l'oeuvre mais laissant plus de côté les ponts fait dans l'original avec les aspects plus "classiques" des vampires (crucifix, eau bénite, chauve-souris, cercueil...etc). Dommage que la dernière partie ne fonctionne pas, que le nouveau Peter Vincent semble effectivement tout droit sorti des 80's et aurait mérité son petit coup de rafraichissement (mais l'essentiel est là : c'est un imposteur). Ce film n'est ni une vraie comédie, ni un film qui fout la frousse, dans le fond, un quart de sicèle après la sortie de l'original, c'est une oeuvre assez banale, une petite série B qui décroit en qualité au fur et à mesure de l'avancée du métrage. Mention spéciale aux maquillages en forme de clin d'oeil (même si ceux-ci me semblent moins nombreux) et à un réalisateur qui parvient à être bluffant (la scène dans la voiture : un quasi plan séquence où la caméra tourne sur elle-même à 360 °). Un bel hommage pas très utile auquel il manque... la musique d'origine !!!!