Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

La forteresse noire

Michael MANN
(15-16)

Mais comment ne pas être enchanté par le brio de cette mise en image incisive : un travail fabuleux sur les transitions et la lumière, un véritable point de vue, une grande inventivité (et un peu de maniérisme : les ralentis) ? Mais il n'y a pas que celà : le scénario est une merveille absolu. Mettre les soldats allemands face à leur démon (ils font appellent à un juif pour les aider et découvriront un drôle "d'effet miroir") en se mettant à leur place (l'un des personnages central est assurément le commandant allemand), est en soi d'une intelligence rare. Et puis il y a cette forêt de symboles, celui de la croix (la religion comme dernier refuge, comme dernier rempart = le soldat allemand brandissant la croix face à un ennemi plus fort que lui) comme celui de la forteresse, presque vivante ; une mystérieuse forteresse sans propriétaire véritable (qui est propriétaire de notre âme ?), interdite mais accessible et pourtant difficile de s'en extraire (parfaite définition du Mal...), pas du tout un symbole de résistance -comme on est amené à le croire dans un premier temps- mais bel et bien le symbole du Mal Absolu, celui qui nous détourne (en gardant la morale, symbolisée ici par cette fausse croix - Mann est-il athée ?) et nous enferme dans la haine (les parois intérieures sont lisses). Et puis, hors mis ses considérations profondément intellectuelles, il y a le plaisir intense de la découverte de ce royaume secret, tel une pyramide égyptienne inviolée ; la foison de personnages, extrêmement fort, étranges pour certains, mais souvent ambigus ; un scénario, excitant au possible, très fin, très élaboré, travaillé et qui brasse les genres à merveille (film de guerre, conte moral, film fantastique, film d'horreur...) et s'autorise de splendides dialogues ; des SPFX très simples mais d'une efficacité redoutable (la vision du "démon" n'est pas prête de vous lâcher !) et des décors à tomber ; une extraordinaire musique d'ambiance signée Tangerine Dream. Une oeuvre sur le Mal, un film magique, brillant, fascinant et envoûtant. J'adore !