Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Les fils de l'homme

Alfonso CUARON
(15-16)

De la SF hyper-réaliste pour un film qui anticipe cruellement sur notre propre quotidien : la société est devenue policée, délatoire, haineuse envers les étrangers, gangrénée (l'infécondité... dont on ne connaitra pas la cause) et rongée par l'ultra-terrorisme. Une ambiance "fin du monde", un avertissement tellement vrai qu'il en fait froid dans le dos. Si l'on met un peu de temps à entrer dans l'errance du héros (il ne se pose pas de questions, se laisse mener), on n'en ressortira pas : et la réalisation extraordinaire n'y est pas pour rien ! Caméra corps à corps, tremblante mais jamais schyzophrènique, usant de plans prodigieusement longs quand ce ne sont tout simplement pas des plans-séquences renversant (l'avant-dernière scène est une merveille !) ; un film qui vous saute à la gueule sans nul besoin d'effets démesurés, qui fini par créer une forte émotion (un peu absente au début). Un fuite digne des plus grands classiques de la SF des 70's, évoquant -à nouveau, donc- le désespoir d'une humanité sans enfant, qui rejette ses fautes sur autrui. Une vision aussi juste qu'effrayante, un film symbolique qui ne mérite que d'être revu.