Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Le drôle de Noël de Scrooge

Robert ZEMECKIS
(8-9)

Plus que la beauté des images, parfaitement adaptées au conte qu'elles sont censés servir, c'est le superbe rendu de l'animation qui me scie et, enocre plus, celui du jeu des acteurs. Il est clair qu'un nouveau genre est né, à mi chemin entre le cartoon et le film live. Mais y-a-t'il quelque chose derrière tout ça ? L'histoire d'un vieillard acariate au possible, radin à n'en plus pouvoir qui hait Noël et va redécouvrir cette merveilleuse fête... en retrouvant qui il était, comment il est perçu et ce qu'il va laisser sur cette Terre. Il me parait sympathique ce programme, et d'ailleurs la version papier de Dickens a réjoui des générations de lecteur : alors pourquoi sur l'écran il semble si limité ? Plus limité que les possibilités techniques et la grande liberté qui est offerte au réalisateur et dont il s'approprie avec le plus grand plaisir ! Soyons honnête : je me suis vraiment ennuyé devant ce film. Même si une oeuvre grand public qui ose être effrayante pour les plus jeunes semble vouloir me carresser dans le sens du poil, il n'y a vraiment rien derrière son aspect visuel... un récit qui n'aurait rien de bien cinégénique si le scénariste n'avait pas caffit son film d'une indigestion d'effets spéciaux et visuels en tout genre qui donnent à l'oeuvre un style agaçant, grimaçant -plus que Carrey himself !- et sans retenu ; comme si l'on avait voulu masquer un enjeu connu dès le départ afin de retenir l'attention du spectateur le plus cinéphile et exigeant. L'histoire ne soulève aucune passion, aucune émotion véritable, reste purement démonstratif ; il manque à ce film la véritable magie de Noël. Un film pauvre.