Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

District 9
Détails du film sur InCiné

Neill BLOMKAMP
(13-14)

Ce film peut paraitre un peu "à la mode", mais il signe le retour du véritable film de SF politique, celui-là même qui nous manquait cruellement : l'accueil d'étrangers sur un territoire national, dans des camps puis des ghettos, le racisme quotidien et banal ("les crevettes"), les perturbations sociales, l'inquiétude dûe à l'incompréhension, la criminalité latente...etc. Tout les pays situés au nord du globe connaissent cela par coeur. Si ce film est plein de qualités, notamment des FX qui ne font jamais cheaps (les aliens eux-mêmes et le robot final), une technique documentaire qui va parfaitement avec le sujet, technique doublée d'une réalisation avant tout percutante mais très réussie, de nombreux détails laissés de côté afin de ne pas lèser l'imagination du spectateur (comment ont-ils décodé le langage ? Quel est leur culture ?), il n'en reste pas moins que quelques défauts font surface. Essentiellement au niveau du scénario : celui est vraiment mal équilibré, entre la trop longue scène de l'émissaire officiel, déplaceur de population et dont l'humour parait assez saugrenue dans une telle situation, une sorte de one man show un peu plombé, et des scènes un peu courtes (surtout celle de "l'hopital"), tout comme une partie de l'intrigue restant assez B-movie (on imagine très bien ce qui va advenir de ce pauvre homme et les intentions des E.T. deviennent vite claires), ayant du mal à nous surprendre réellement ; mais c'est sans doute parce que l'intéret est ailleurs : dans le travail sur le côté réaliste de l'oeuvre, notamment la transformation du héros, très humanisée, un peu à la manière du sublime Moi, zombie. Mais le scénariste nous fait très bien ressentir la dualité que l'on peut éprouver face à ces étranges "personnages", aux moeurs différentes des nôtres et que l'on ne connait pas (l'absence de détail n'est donc en rien fortuite !) : doit-on avoir pitié d'eux parce qu'ils sont traités sans égard ? Doit-on se méfier d'eux parce qu'ils fabriquent une arme (de destruction massive...) et qu'elle a l'air aussi dangereuse qu'ils le sont ? Une belle réflexion qui va bien plus loin que nombre de films... sans extraterrestres ! Et je parlerais enfin qu'aux fans purs et durs de Jackson : le gore giclant et l'emploi assez violent d'un animal (un cochon cette fois, histoire de foutre la paix aux moutons et autres mouettes !) les renverront au tout premier film du maitre, Bad taste ; un clin d'oeil ?

 

La critique des internautes
 

District 9, film de science-fiction réalisé par un novice, contient plus de déception qu'autre chose. Après avoir lu ici et là tant de louanges sur ce film, je suis extrêmement surpris par sa relative médiocrité et par son manque flagrant d'originalité. Car rien dans le scénario n'arrive vraiment à surprendre, faute à une réalisation assez bancale mais aussi à cette première partie de film extrêmement pénible à regarder. Il est clair que la deuxième partie est plus réussie, mais le tout manque clairement de talent. Les effets spéciaux sont correctes, tout comme les acteurs et la bande son, mais on ne peut se contenter de cela. C'est trop peu pour ce film surestimé qui ne restera pas dans les annales. Il semble qu'à trop vouloir apparenter le film à un documentaire,le réalisateur se fourvoit de manière regrettable. Il paraît que ce faux docu est pour rendre les événements les plus "réels" et "crédibles" possibles, mais on n'a pas ce sentiment à la vue de cette pauvre caméra embarquée qui dessert le film plus qu'il ne lui rend service. Le réalisateur ne trouve pas l'équilibre dans son film, alternant le faux docu fiction pas très crédible et les moments d'actions pas du tout originaux. Même la fin ne surprendra personne, et encore moins l'évolution pseudo psychologique du personnage principal.
Alors, que reste-t-il de ce film? Pas grand chose, malheureusement.


NOTE : 9/20

JUJU