Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

2001 : l'odyssée de l'espace

Stanley KUBRICK
(19-20)

Très certainement le balai spacio-temporel, le space opera (au sens propre du terme) le plus élaboré de l’histoire du 7ème art. Et tout d’abord visuellement ; la mouvance magnifique des éléments spaciaux (robotiques, humains et naturels) y est accentué par le réalisme impressionnant de l’œuvre. Réalisme dû à la caméra mobile, fluide et volatile de Kubrick, dû à la musique de Strauss -notamment- et aux silences caractérisant le vide spatial, dû à la crédibilité des vaisseaux (merci aux messieurs de la NASA) et accentué par cette douce impression générale que l’on se trouve réellement dans l’espace et non sur un plateau de cinéma. Même le segment préhistorique nous offre un exemple de professionnalisme (décors, maquillages, logique et simplicité). Ensuite sur un plan purement métaphysique ou philosophique, même si je crois fermement que c’est à chacun de se forger son opinion ; opinion tissée par ce lien constant et étrange entre meurtre et évolution de l'espèce (l'humain mettant de lui dans toutes ses créations), par ce mythique monolithe, symbole de l'évolution "divine" de l'intelligence, par le récit de la conquète humaine sur de nouveaux territoires / espace. Un film sur l'éternité qui parle aux consciences, à chacun de nous. Le final est un trip visuello-metaphysique et je suis persuadé qu’il ne faut pas étudier ce film trop profondément, il faut le ressentir, le laisser pénétrer nos sens. Un incontestable chef-d’œuvre.