Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Les Croods
Détails du film sur InCiné

Chris SANDERS - Kirk DE MICCO
(15-16)

Dans un monde préhistorique sympathiquement fantasmé et bigarré vivait la famille Croods : une famille normale avec une ado ne supportant plus les règles contraignantes imposées par son paternel, mais une ado intéressante pour le monde du cartoon ; elle est bien en chair et casse l'image des canons abominablement squelettiques et indécents de nos sociétés et elle possède certaines formes qui n'en font pas l'un de ces êtres asexués typiques des cartoons américains. Voici un film bourré de peps et d'une intense qualité visuelle, techniquement vraiment très impressionnant (même si je le rappelle : l'argent ne fait pas le talent), bénéficiant d'une partition musicale exceptionnelle et explorant un fond d'histoire assez novateur, même si on s'y retrouve la plupart du temps (le petit personnage rigolo, mais jamais encombrant, la love story, totalement naturelle). Mais c'est la profondeur du film qui m'a le plus interpellé, ces nombreuses ramifications qui sont autant de réflexions : ce personnage de père omnipotent, père surprotecteur qui refuse de voir grandir sa fille et imploser son petit monde familial, cette peur de l'évolution, du changement, cette idée de refus d'aller de l'avant, de rester autocentré, celle du pouvoir de la force sur l'intellect, du refus du monde extérieur et de toute aide, d'où quelle vienne, quitte à rester enfermé dans ses préjugés... très riche. Tout cela mixé à une aventure XXL, magistrale où l'absence de bad guy nous repose et nous impose un ton vraiment frais, un rythme endiablé (une nouvelle trouvaille visuelle toutes les 15 secondes) ; ébouriffant, enchanteur, magique, déjanté car en roue libre. D'ailleurs le principal signe de grandeur pour une comédie reste la maestra de ses gags, et il est fort à parier que ceux de la naissance du pop corn et de la définition d'un "animal domestique" restent dans les annales ! Une nouvelle licence, assurément, qui fait honneur à "L'âge de glace" : son penchant humain en quelque sorte.