Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Coco
Lee UNKRICH - Adrian MOLINA
Budget = - M$
BOX OFFICE France = 3 587 / 289 806 - 949 000 - (1 616 000) entrées
BOX OFFICE USA = 50,8 / (135,5) M$
BOX OFFICE Monde = (389,5) M$
 

Le plus adulte des Pixar : les plus petits risquent de ne pas forcément accrocher aux propos de ce film, faute de gags chronométrés comme il est de coutume dans trop de productions qui leurs sont destinés. Ceci dit, j'ai eu quelques appréhensions dès le début : en découvrant l'histoire, je voyais déjà arriver un nouveau film s'appropriant la thématique dépassée de la transmission professionnelle générationnelle : "Tu seras cordonnier mon fils, et pas musicien". Avec l'éternelle maxime en fond sonore : "Vis tes rêves". Alors oui : on y retrouve tout cela, seulement en perspective (on a du mal à définir l'époque de l'histoire, et l'aboutissement de ses rêves n'y est pas forcément vu comme une chose positive) ; mais ce n'est en rien le moteur dramatique du scénario, et il y a tellement, tellement plus et plus profond. Pour le décor on y trouvera un bel hommage culturel au Mexique, et ce n'est pas seulement opportuniste (la communauté mexicaine est la plus grande minorité ethnique des USA), car le film embrasse totalement cette tradition culturelle, quitte à nous dépayser complètement. Des couleurs bariolées jusqu'à la langue espagnole dans la moindre des chansons, des dialogues, des traditions lointainement inspirées de nos propres fêtes jusqu'en des croyances peut-être plus éloignées des nôtres ; jusqu'en de savoureux clins d'oeil destinés aux spécialistes (F. Kahlo ou El Santo). Une immersion totale dans ce qui restera visuellement un pur bijou d'animation, de couleurs et de mouvements -somptueusement soulignés par la caméra, ouvrant à nos yeux ébahis un monde extrêmement riche et des plus fascinants ; avec cette l'envie irrépréhensible de faire des arrêts sur chaque image pour en savourer pleinement le contenu. Et je n'évoquerai que du bout des lèvres l'expression phénoménale du visage des personnages, et, bien évidemment, tout particulièrement celui de "Mama", qui ferait pâlir d'envie le plus aguerri des acteurs de chair et d'os...
Mais le film n'est pas riche que de ces images : c'est une oeuvre bouleversante et parfaite pour évoquer avec le recul nécessaire ce qui attend chacun d'entre nous ; la mort, la vie après la vie. Cette oeuvre est un appel aux souvenirs, de ceux qui permettent aux gens disparus de survivre encore un peu dans la mémoire de leurs proches. Quand à l'après, comme dit le film : "On ne sait pas" ; à chacun sa propre théorie. Dans ce monde des Morts il semble y avoir deux catégories de défunts : d'un côté les oubliés ou les sans familles / les pauvres, ceux qui ne peuvent traverser le pont des souvenirs, et de l'autre les célébrités vénérées longtemps après leur départ / les riches qui retrouvent toute leur opulence après leur décès. Mais ce serait réduire le propos de l'histoire : car grâce à un fabuleux twist scénaristique, le film va révéler la teneur de cette malédiction musicale, ce lourd secret qui en laissera plus d'un pantois, et d'où va découler comme une espèce de nouvelle trame à la puissance ravageuse et d'une beauté rare. Et le film ne cessera de surprendre, même si le "final" n'est peut-être pas toujours à la hauteur, presque trop simple. Qu'importe : définitivement original, abordant un sujet sensible sans en faire quelque chose de macabre (toute la force de cette tradition, de la vision de ce peuple), changeant de cap à bon escient et à merveille (le personnage plus ou moins comique devenant le plus dramatique et le plus bouleversant de tous), avec ses touches humoristiques savamment dosées, tout en finesse, Coco est sans nul doute l'oeuvre la plus émouvante de Pixar ; l'avant-dernière scène restant un moment unique, terriblement attendrissant. Aucune émotion n'est chiquée ni clichées, elles découlent toutes d'une longue histoire et d'un passif vibrant. Ce film est avant tout une merveilleuse oeuvre sur la famille, la force de ses indéfectibles liens, mais également sur le pouvoir des rêves, en filligrammes (avec néanmoins une vive critique du show-business et de la célébrité), un film musical ou chaque chanson à sa juste raison d'être. Un enchantement à tous les niveaux, d'une originalité presque sans faille.

NOTE : 17-18 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-