Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

The bay
Détails du film sur InCiné

Barry LEVINSON
(10-11)

Mort un 4 juillet. Ou quand un papy-réalisateur, grand homme de cinéma, s'essaie au found footage couplé au mockumentary (ou documenteur). Sur les bases éculées d'un "Jaws" et confrères (la ville côtière, la menace puis l'horreur), voici un horror movie à tendance écolo comme on a pu en voir quelques uns dans les années passées (Phénomènes, Chroniques de Tchernobyl mais surtout Prophecy ; et pour les plus pointus j'y ai vu un air de Impulse), un film qui tire la sonnette d'alarme contre ces industriels qui polluent sans vergogne, protégés qu'ils sont par le complexe politico-économique. Le film est joliment et faussement bien documenté, un peu didactique (poulet - fiante - mer - contagion) mais reste surtout un pur film d'épouvante qui a tendance à se cacher derrière une fausse sériosité et un format destiné moins à tromper le spectateur qu'à le plonger dans une certaine ambiance un peu dépassée ; mais ne nous lurons pas, nous qui connaissons l'histoire du cinéma de genre : ce film est un mixage habile des invasions E.T. des années 50 (type "Blob"), des sous-produits "Jaws" (Piranhas en tête) et d'oeuvre telles que Contagion ou Alerte !. Le côté réaliste annihile la frousse qu'aurait pu soulever un film plus honnète envers son sujet, le genre qu'il sert, : la preuve en est faite si vous tendez un peu l'oreille et si vous écoutez la bande sonore, notamment lorsque la mère et son bébé entrent dans la voiture et se font surprendre par son occupant, à grand coup de percussions mal-apropriées à un simple montage d'images d'archives... comme si l'auteur n'avait pas pu s'en empêcher. Toute la "crédibilité" du propos s'effondre, la faute également à une mode qui commence à perdre de son influence, la faute aussi à des prémisses qui nous laissent pantois quant au réalisme du propos, le fait que l'histoire n'ai jamais pu nous parvenir alors que tant de monde dispersé à travers les Etats-Unis étant au courant. Le réalisateur, bien que jouant d'une narration parallèle rudement efficace et très bien employée, semble vouloir se justifier de faire un bon gros film d'horreur qui tâche. Pas mauvais mais commun et un peu malhonnète.

 

La critique des internautes
 



NOTE : -/20

-