Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

American nightmare 4 : Les origines
Gerard McMURRAY
Budget = 13 M$
BOX OFFICE France = 1 236 / 137 365 - 409 000 - (1 040 000) entrées
BOX OFFICE USA = 17,4 / (69,1) M$
BOX OFFICE Monde = (135,9) M$
 

Fallait-il expliquer -ou plutôt montrer- ce qui l'avait déjà été avec plus ou moins de détails et de talent durant 3 épisodes ? Et que fallait-il expliquer ?
J'ai déjà analysé minutieusement ce qui me gêne le plus dans cette saga pour le moins science-fictionnelle : j'y reviendrai une fois de plus car il est clair que le scénario se fonde sur une base des plus diaphanes et fragiles. Car ici rien n'est réellement expliqué dans le fond, le mécanisme reste flou et sans assises politico-sociales claires et développées : comment ne pas créer avec cette purge une société-jungle où le plus fort l'emporte ? Et, par là même, les plus forts seraient-ils les garants d'une meilleure société ? Non, évidemment : entre vendetta personnelle, massacre aveugle et socialement inutile puisque profitant aux criminels et aux voleurs, réappropriation par des gropuscules douteux, je ne crois toujours pas à cet exultoire utopique. On y cite les jeux du cirque romains pour se donner bonne conscience : mais dans ce cas précis la violence y était parfaitement encadrée, canalisée en spectacle à la troisième personne. Dans le cas de ces purges la société se verrait totalement déstabilisée au profit des plus armées, des plus fous, sans que le gouvernement ne puisse brider ce goût pour la violence, pour un sentiment de toute puissance, devenant impossible à enrayer le restant de l'année.
A partir de là ce American nightmare 4 suit donc une tout autre voie, des plus ennuyeuses puisque rabâchant ce qui a déjà été dit / vu précédemment, laissant de côté un aspect plus "historique" sur la création de ces purges. Le scénario se bornera à suivre un chemin tout tracé : la présentation sage des héros n'est pas convaincante et les personnages ont du mal à émerger, ne possèdant par ailleurs aucun charisme. Et je ne parle pas de l'histoire du gentil dealer, particulièrement indigente, ni de la psy de cinéma. La trame y est absolument limpide et rectiligne : une longue chasse à l'homme ressassée inlassablement, sans un point de vue différent. Le montage y est également plat, l'intrigue est définitivement vaine (quelle intrigue ??) et les efforts du réalisateur se révèlent inutile. Fausse réflexion, fausse ambiance (les créatures de la nuit sorties du chapeau du scénariste) : on a du mal à être dupe...
Cela aurait dû être un film à message, engagé politiquement et socialement, une oeuvre ambitieuse ou l'on voit le peuple tenter -sans doute en vain- de se soulever contre cette abomination. Il aurait également fallu moins de gunfights et plus de réflexion pour cette oeuvre qui refuse clairement le statut de "film sur l'ère Trump".

NOTE : 6-7 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-