Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Alice au pays des merveilles
Détails du film sur InCiné

Tim BURTON
(15-16)

Pourquoi les adultes oublient-ils le monde de l'enfance ? Et leurs rêves improbables ? Et leur naïveté ? Alice a bien grandi et oublié quelle petite fille elle a été ; elle se retrouve alors confronté au monde des adultes lorsqu'un prétendant s'en vient lui demander sa main... un monde laid et fade, rigide et aveugle, terre-à-terre, un monde des apparences et des courbettes, un monde de mensonge, sans amour ni imagination. Pourtant Alice a gardé un lien secret avec les merveilles de l'enfance, un étrange songe... Sans doute et plus judicieusement moins fou que la précédente version de Disney, cette adaptation est principalement griffée "Burton" (un peu freiné dans ses ardeurs par la petite souris ?) : ce pays est explosif, les couleurs chiadées, plus sombres, plus violentes, les paysages sont inquiétants et la peur y est présente, la folie et l'imaginaire aussi, le pays est à demi-détruit et sous le joug d'une reine qui personnifie l'âge adulte et tout ce qui a été évoqué au-dessus. Tim embrasse la folie de ses personnages mais sait leur garder quelque chose d'humain, ce lien qui permet sans doute au spectateur de ne pas rester... spectateur, et d'embarquer complètement dans l'histoire ! Et le résultat est assez grandiose : Alice se bat contre l'invasion d'une ère d'obéissance et de fausseté dans un pays où tout est possible, sans jugement, libre... et un peu fou ! Burton est très à l'aise et promène sa caméra comme se promène les spectateurs, émerveillé par chaque découverte, chaque idée, personnage, décor, paysage ; un éblouissement constant sur un rythme trépidant. Le spectateur sera même surpris d'y découvrir un ton... presque osé (l'oeil arraché, la nudité évoquée). On lui reprochera sans doute d'être moins surréaliste que le livre (mais les spectateurs auraient fui...), de ne pas aller assez loin ; et je lui reprocherais personnellement l'animation hasardeuse et surprenante du valet... d'ailleurs je trouve que la 3D est assez superflue.

 

La critique des internautes
 
Alice aux pays des merveilles: quelle énorme déception ! Rien ne me semble pertinent dans le film. Burton n'a aucune inspiration, ce n'est qu'une galerie de personnages sans âme, une épaisseur psychologique inexistante, un scénario totalement prévisible, en plus ce n'est même pas très bien raconté. L'actrice principale est d'une fadeur inouie, même Depp semble las de son personnage et vit sur ses acquis (par ailleurs sa danse de fin est particulièrement mauvaise, Burton clôt son film sur une note encore pire que l'on aurait imaginé). La 3D n'est pas toujours présente ce qui donne une impression de film baclé. En effet, à part quelques effets tape àl'oeil, je ne vois pas ce qu'elle apporte au film... Ici, elle fait figure de gadget, contrairement au film de Cameron, Avatar, dans laquelle elle s'inscrivait parfaitement. Bref, un des pires films de Burton, , qui a une portée uniquement financière. Cameron avait réussi à allier 3D et histoire, Burton échoue lamentablement. Un foirage complet. Un film, et c'est un comble, sans relief.

NOTE : 6/20

JUJU