Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

L'agence
Détails du film sur InCiné

George NOLFI
(15-16)

Sur un sujet, et d'après un auteur (P.K. Dick), qui me touche et m'interpèle tout particulièrement... L'espèce humaine est-elle poussée par un irréversible destin, un programme tout fait, un "plan" écrit par un Patron, un Dieu ? Qu'elle est la part de hasard qui s'interpose dans nos vies bien réglées ? Où est la liberté et le libre arbitre ? Quels sont nos choix ? Un film ambitieux qui ouvre nombre de questions, sans les traiter trop frontalement et ne pas devenir un essai philosophique empâté -et c'est la véritable force du film, celle de laisser le spectateur réfléchir longtemps après sa vision-, et sait trouver le bon équilibre scénaristique au travers d'un ton résolument différent de la production hollywoodienne, loin de cette fadeur ennuyeuse ; au travers également d'un humour très fin et d'une trame qui ménage l'étonnement du spectateur. L'histoire d'un homme à qui on ouvre les yeux sur les rouages du destin, les carcans d'une route apparemment toute tracée, un homme qui essayera de multiples façons de s'en écarter, de s'émanciper afin de trouver sa liberté, celle que lui dicte son coeur. Le sujet n'est jamais linéaire, on passe d'une parabole sur l'amour (notre histoire d'amour était-elle une destinée ? Quelle est la part du hasard dans les rencontres ?) avec une love story très puissante, d'une grande beauté (l'abnégation) et absolument pas naïve -surtout pas-, à une réflexion sur les choix que doivent faire les hommes et leurs conséquences sur leur vie et sur celle des autres (on pourrait évoquer les choix que chacun fait entre vie professionnelle et vie privée, amoureuse) ; le personnage principal n'est pas innocemment un homme politique : un dirigeant qui dicte des lois, essaie de faire changer les choses, prend des décisions qui peuvent avoir nombres de conséquences sur la vie de ses semblables mais à qui on dicte également sa conduite (le choix de ses vêtements). Une belle histoire de lutte contre l'absence de liberté, de lutte contre un Dieu soit disant omnipotent et décideur. Parfois on entre-aperçoit même une toute autre parabole : sur l'écriture en temps réel d'un scénario et ses conséquences sur le reste du film (la scène de poursuite en est un belle exemple). C'est une oeuvre profonde mais sur laquelle il ne faut pas non plus trop gratter la surface, où quelques scories scénaristiques gênent le bon déroulement du récit (la crédibilité en générale, des détails un peu poussifs, des conséquences hasardeuses), mais on ne peut nier une impression globale très positive, celle d'assister à un film vraiment équilibré entre le sensationnel et la réflexion puisqu'il s'agit avant tout d'un film sur la (les) croyances : les personnes religieuses étant tentées de croire en un destin gouverné par un être supérieur, les agnostiques en un pur hasard qui déconditionnerait l'homme en lui laissant toute liberté d'interagir sur sa propre vie, sur ses propres choix. Et puis si tout est écrit, pourquoi réfléchir à nos actes ???

 

La critique des internautes
 




NOTE : -/20

-

 

L'âge de glace 3 est un film d'animation sympathique, avec des personnages attachants, mais qui n'a vraiment rien de révolunnaire. L'attraction bis de ce film est la 3D, mais le problème est qu'il y a assez peu de 3D au cours du film, de facto il n'est pas vraiment utile de le voir avec les fameuses lunettes. Car franchement, c'est limite une insulte faite aux gens de leur proposer de voir ce film d'animation en 3D tant la technique se révèle pauvre et globalement sans intérêt.
Concentrons nous maintenant sur l'aspect scénaristique. Et là, c'est quand même mieux. Sans atteindre des miracles d'ingéniosité, cet âge de glace est assez plaisant, parfois drôle, parfois touchant, mais souvent facile dans son scénario convenu: car oui c'est plaisant à regarder, mais on peut sans grand mal deviner ce qui va se passer, les gentils gagneront, pas les méchants. On voit donc clairement le public visé: les enfants. Mais les scénaristes sont des personnes malignes, il est beaucoup plus rentable de viser le plus grand nombre, alors on balance quelques références par ci par là pour plaire aux plus grands, on trouve quelques scènes humoristiques qui plairont aux adultes comme aux enfants, et hop ça en devient un film familial. Il est évident qu'il faut quand même un certain talent pour faire un film qui plaise à tout le monde, il n'en reste pas moins que c'est un procédé ingénieux.
Bref, l'âge de glace est un film dont on peut se passer facilement et qui ne restera pas -probablement- pas dans les mémoires.


NOTE : 10/20

JUJU